Les cultes et religions du Vietnam

Le Vietnam est un pays religieux. Le héros de la nation, en tant que génie tutélaire est honoré dans le Den. L'ancien qui dans des temps historiques importa une technique artisanale et donc la prospérité aux artisans du village, a son autel dans le Dinh. Chaque maison est pourvue d'un autel domestique voué au culte des ancêtres familiaux. Confucius pour le savoir, base de l'ordre social et politique, a ses temples, les Van Mieu ou Van Chi. La Chua ou pagode est consacrée à Bouddha et surtout son boddhisatva Quan An.

Un ciment unit les Kinhs du Nord au Sud, le Culte des Ancêtres qui est plus une "way of life" qu'une religion. C'est de loin la pratique cultuelle la plus importante. Il est un souci de tous les jours dans la maison essentiellement pour le chef de famille, père ou fils aîné. Il consiste à satisfaire les besoins des mânes du disparu par affection et respect filial. On le soigne également pour ne pas être inquiété par l'insatisfaction d'un défunt oublié ou négligé ayant acquis par son décès un pouvoir surnaturel.

LE BOUDDHISME 

C'est dans le Delta du Fleuve Rouge que le Bouddhisme, a ses lieux de pélerinage traditionnels les plus importants, comme la Pagode de l'Empreinte Parfumée. Diffusé depuis le VIIème siècle, vraisemblablement par des commerçants Chinois, le Mahayana ( Grand Véhicule) privilégie ici Avalokiteçvara sous le nom de Quan An, Boddhisatva aux traits féminins, qui pourrait bien avoir récupéré dans la religion des paysans la place d'une déesse de la fécondité préexistante.

Chaque village possède son temple communal, le Dinh, dans lequel est pratiqué le culte au génie protecteur local. Celui-ci a pu être un grand militaire qui a défendu le territoire comme un membre de la communauté ayant apporté par son savoir, son expérience, ou ses origines la fortune à la collectivité, la forge, ou l'art de la céramique, par exemple, source de sa réputation et de sa richesse.

Alexandre de Rhodes qui débarqua à Fai Foo à la fin du XVIème siècle et qui est conu pour son invention de l'alphabet roman vietnamisé est un des nombreux missionnaires de l'Eglise catholique qui convertirent les populations. Jusqu'au XIXème siècle nombreux furent les martyrs. Aujourd'hui environ 10% de la population est catholique. Ce qui fait du Vietnam le deuxième pays catholique d'Asie après les Philippines.

LE TAOISME 

l'Empereur de Jade du culte taoiste ou encore Tien Hau, la protectrice des marins chinois réfugiés du Fu Kien disposent de lieux de cultes particulièrement baroques. Là, des prêtres au pratiques de magiciens consultent les esprits pour en interpréter les oracles. s'ils sont majoritairement établis au sein de communautés d'origines chinoise ( Saigon, Hoi An, Da Nang, Delta du Mékong ou Hanoi), on en trouve aussi un peu partout et l'influence de cette religion s'est incrustée dans les autres cultes , notamment par le style esthétique.

L'ANIMISME 

Toutes les populations du Vietnam ont gardé un fond d'animisme. Tout effort de l'homme est orienté de manière à ne pas mécontenter les maîtres incontestables que sont les esprits, à se les concilier par des prières, des sacrifices ou des cérémonies. Les génies inefficaces peuvent même être punis lors de séances mouvementées. L'animisme est toujours pratiqué par les populations montagnardes lors de cérémonies ou de sacrifices où l'on implore la clémence des éléments naturels ou encore la fertilité au Génie du Paddy.

LES SECTES 

Le Vietnam est aussi le pays des sectes, particulièrement dans le Sud. Rénovateurs du Bouddhisme comme les Hoa Hao, syncrétiques comme le Cao Dai rassemblant tout personnage mythique pour l'ériger en une divinité protectrice avec laquelle ils conversent par le spiritisme, ou encore adorateurs de la Noix de Coco.
Share on Google Plus

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire